TÉLÉCHARGER HESPERIS TAMUDA GRATUITEMENT


Une revue bientôt centenaire face aux défis du changement. La revue Hespéris a été fondée en une année seulement après la création de l'Institut des. 18 avr. Mise En Ligne De Toute La Collection De Hespéris-Tamuda, () Thèses soutenues et Inscrites · Documents à Télécharger. La revue Hespéris - Tamuda est consacrée à l'étude du Maroc, de sa société, de son .. Hespéris Tamuda, Tables génerales des Matières, Editions techniques.

Nom: HESPERIS TAMUDA GRATUITEMENT
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Usage personnel seulement (acheter plus tard!)
Système d’exploitation: MacOS. Android. iOS. Windows XP/7/10.
Taille:32.20 Megabytes

TÉLÉCHARGER HESPERIS TAMUDA GRATUITEMENT

Célérier, est par excellence le "Bled es-Siba", le pays des tribus insoumises où le sultan n'a pu établir un minimum d'ordre, où le morcellement en groupes ennemis obligeait naguère les pacifiques voyageurs à multiplier d'onéreux protecteurs. Les Sultans les plus intelligents et le plus énergiques se sont épuisés à lutter contre cette force centrifuge qui est le produit essentiel de la montagne" 1 bis. Elle est, comme toutes les montagnes méditerranéennes, à tout le moins ".. Ce fait ne doit pas impliquer cependant l'idée d'une population montag- narde isolée, ne participant en aucune façon à la vie active des plaines envi- ronnantes, ni d'ailleurs celle d'une population figée et monolithique sur le plan raciale. Un mouvement permanent renouvelle, en effet, l'ossature hu- maine des occupants de la montagne : "L'optimum du peuplement y est vite atteint et dépassé: elle doit périodiquement déverser sur la plaine sa surcharge d'homme" 3. Roget, le Maroc chez les auteurs anciens, Par- is, , pp.

Or, l'installation des Almoravides non loin du Dir Nord avait pratiquement boulevérsé l'ordre des choses. Les montagnards ne pouvaient plus ou guère étendre leurs activités au- delà de leurs refuges escarpés.

Les masses almoravides et leurs troupeaux, les différentes obligations qu'imposait le nouveau régime étaient, parmi tant d'autres raisons, à l'origine de ce changement aussi brutal que fatal. En effets, c'était avec eux et dans leur montagne que le mouvement al- mohade vit le jour. La chute de la dynastie almoravide et l'avènement de celle des Almohades met fin à ce blocus longuement et péniblement sup- porté par les montagnards.

Il en sera de même pendant toute l'époque mé- rinide, puisque les gouverneurs de Marrakech à cette époque étaient pre- sque tous issus des grandes familles de la montagne C'est ainsi qu'en parlant des Lam- tuna du Désert, al-Balai écrit ceci: "Ils ne savent ni labourer la terre, ni ['ensemencer, ils ne connaissent pas même le pain" Description Mais c'était surtout au niveau de l'organisation politique que les contradictions étaient graves.

Car le système centralisateur almoravide ne pouvait guère séduire l'esprit autonomiste des Imsmudn de la montagne v.

Communiqué Hespéris-Tamuda

Ibn 'Idhari, op. AI-Baydhaq tout particulièrement donne plus de précision sur l'ensemble des "tribus" de Dern, leurs subdivisions et leur importance numérique. Ces lieux, écrit Ibn Khaldun, sont peulés par des peuplades masmudiennes dont Dieu seul connaît le nombre Berque, Structures Couleau, La paysannerie marocaine, Paris , p.

Nous constatons d'emblée qu'entre la volonté pressante des pouvoirs politiques successifs de soumettre les hautes vallées et les intérêts vitaux des habitants de la montagne, il y avait toujours incompatibilité et diver- gence. A ce propos, Ibn khaldum avait écrit Ceci: "Menacés Im:jmudn par la proximité des lemtouna-almoravides, ils lui opposèrent une résis- tance tellement opiniâtre que le souverain de cette nation prit le parti de fonder la ville de Maroc Marrakech dans leur pays, afin de pouvoir dompter leur audace par des attaques sans cesse renouvelées" Il serait d'ailleurs très intéressant de savoir dans quelle mesure l'installation des Almoravides à Marrakech aurait contribué à changer le paysage agricole et végétal de la région ainsi que la composition humaine de ses populations.

En effets, les richesses de Nffis relatées par al-Bakri ne sont plus signalées par les sources postérieures; des groupes humains comme Ilaln et Izmirn Hilana et Hazmira , n'ont laissé qu'un souvenir re- montant à l'époque almohade. L'arrivée et l'installation par la suite des groupes nomades et Gish, aux alentours de la ville serait l'un des facteurs de cette détérioration L'engagement des communautés de l'Atlas de Marrakech dans une aventure politique d'envergure, comme celles des Almohades, leur avait coûté très cher.

Ils ont réussi, certes, à liquider le régime almoravide mais aux prix de grands sacrifices. Beaucoup d'entre eux étaient, effectivement obligés de quitter leurs montagnes pour s'installer ou mourir ailleurs. La magnifique épopée almohade fut incontestablement la leur, mais elle a pro- fondément bouleversé les structures politiques et sociales des communau- tés de la montagne. En effets, l'installation des Almohades dans la mon- tagne ne s'est pas faites sans d'importants dégâts, tant sur le plan humain que sur le plan organisationnel.

Pascon, Le Haouz de Marrakech, Rabat, , 1. Lévi-Provençal, Paris , p. Le Limes romain, vu son éloignement relatif des massifs montagneux et de leur prolongement immédiat dans la plaine, n'avait pas l'air d'étouffer, outre mesure, les mouvements habituels des habitants de la montagne envi- ronnante.

Les Almoravides semblent être, à l'époque musulmane, les premiers à ceinturer la montagne d'une impressionnante série de forteresses sur les contreforts même de l'Adrar-n-Dern. Les forteresses de Tasghimmut 26 , de Ansa 27 , de Ta- frkggunt 28 , de Wirgan 29 et de Nffis 30 , tout particulièrement, sont non seulement des postes de surveillance, mais aussi de véritables verrous ac- culant les montagnards à leurs étroites et hautes vallées Ces derniers ne 22 v. Jean-Léon L' africain.

Descrip- tion de l'Afrique. Nouvelle édition traduite de l'Italien par A. Epaulard, Paris , 1. IV, p. Berque, structures Julien, op. Cit, 1. Les deux cartes établies par E. Lévi-provençal dans Kitab Akhbar al-Mahdi cité plus haul.

Si les Almohades, issus de la montagne de Dern, n'avaient pas besoin de tels ouvrages militaires qui étaient d'ailleurs tombés en désuétude du- rant tous leur règne, leur souvenir vivace perpétuait chez les pouvoirs postérieurs, l'idée de réduire les populations de la montagne par blocus. Les Mérinides ont réussi, certes, à contenir partiellement le problème des Masmuda de l'Atlas de Marrakech en déplaçant d'abord leur capitale à Fès 34 et en associant à leur pouvoir les Intan Hentata , prestigieux héritiers des Almohades Cependant, ils étaient, eux aussi, obligés de con- struire en la forteresse d'al-Qihra pour soumettre les Isksa- wan Seksawa Mais Ibn khaldun assure que: "Jamais ils lsksawan n'entrèrent au service des Mérinides, jamais ils ne se laissèrent commander par ce peuple Les Igdmiwn Gedmiwa , quant à eux, après une période de résistance aux armées mérinides, ils se sont ré- signés, vu la vulnérabilité relative de leur pays, à reconnaître la souverai- neté mérinide, sans se soumettre pour autant à leur autorité directe Cependant, "Lors du revers subi par Abu-Lhasan à Cairouan et des troubles qui éclatèrent au Maghreb aussitôt après, les chikh-s masmoudi- ens, voyant les provinces marocaines i.

Un engagement solennel fut pris à cet effet et l'on s'était décidé à mettre cette ville en ruines Le rétablissement de l'empire mérinide à Fez jeta la désunion parmi ces chefs et fit avorter leur projet, mais le souvenir n'en est pas encore effacé" Il peut ré- pondre aux exigences de leur propre sécurité. Ibn Abi Zar', op. Ibn Abi Zar', al-Dhakhira al-saniyya, Rabat ,p. Ibn Khadun, op. Incontestablement, la vie de Charles Andé Julien, depuis son premier contact avec la terre maghrébine à Oran en jusqu'à sa mort à Paris l'été dernier, n'a été qu'une longue et fidèle communion avec les peuples soumis au joug colonial en général, et avec le peuple maghrébin en particulier.

Don personnel ou bien fruit d'une éducation de braves? Charles-Andé Julien, très tôt, distingua le juste de l'injuste. Le premier grand homme de sa vie, ce fut Jean Jaurès. L'affaire Dreyfus en fit dès l'enfance un militant pour la vérité. Si bien que lorsque le hasard l'installa avec ses parents à Oran, il était déjà en mesure de s'étonner qu'un seul élève musulman figurât sur les listes de son lycée qui en comptait un millier.

Il était déjà armé pour écrire spontanément un article pour la "Défense et illustration de la langue arabe", que le journal local, à qui il était adressé, se garda bien de publier. Il était, en un mot, immunisé d'emblée contre la société des colons, faite d'arrogance, de mensonge et de rapacité. Ce qui a fait de moi un militant anti-colonial, c'est justement que le colonialisme est fondé sur un privilège; et le privilège est considéré comme une supériorité, non seulement collective du pays le plus "avancé" par rapport au pays qu'il colonise, mais aussi individuelle.

Le demier traîne-savates qui arrivait au Maghreb considérait qu'un Arabe cultivé était un sauvage par rapport à lui". JA; n C'était, en effet, profondément sympathiser. Charles-André Julien mit toute son énergie dans la lutte pour l'émancipation des peuples colonisés. Il milita d'abord dans le Parti socialiste. Il fut, en , le premier conseiller municipal socialiste d'algérie.

Titres liés

Position peu confortable alors, on n'a pas de peine à l'imaginer. Ensuite, il milita dans le Parti communiste au lendemain du Congrès de Tours. Cela lui valut un voyage dans la naissante u. Il y eut de longues discussions avec Lénine et Trotsky. Il en profita aussi pour aller voir ce qui se passait du côté des républiques musulmanes d'asie centrale. Il en revint convaincu que la colonisation, partout, était violence et exploitation. Mais le Parti le dissuada de le dire à Paris. Il se plongea alors dans la recherche historique.

Il en ressortit en , avec sa première grande oeuvre, L'Histoire de l'afrique du Nord des origines à Puis il quitta le Parti communiste pour retrouver son Parti d'origine, celui qu'avait fondé Jean Jaurès,au fond, son seul maître à penser. Le chef, en , en était Léon Blum. Lorsqu'il fut porté à la tête du Front populaire et du gouvernement qui en était issu, Charles-André Julien fut appelé à ses côtés pour le conseiller sur les affaires maghrébines.

Il était en la matière le meilleur spécialiste de la gauche française. Quoique déjà âgé de cinquante ans, Charles-André Julien paya son tribut à la lutte pour la liberté. En septembre , il fut proposé pour un poste de sous-secrétaire d'etat aux Affaires étrangères.

Mais le ministre en titre était Georges Bidault. Il s'y opposa alléguant "le caractère téméraire de l'ami Julien. En vérité Charles-André Julien n'était pas homme à ne pas appeler un chat un chat et le colonialisme une extorsion. Il en donna des preuves dans l'assemblée de l'union française dans laquelle il siégea pour son Parti dès Il le démontra à longueur de pages dans tous les livres qu'il donna sur le Maghreb après Quelle joie et quel réconfort ce fut pour nos aînés du mouvement national de pouvoir lire la vérité, rien que la vérité, sur les agissements colonialistes, sous la plume si incisive et dans le style si décapant de l'illustre disparu.

Et c'est cela l'histoire, la vérité sans complaisances ni circonlocutions. De cette leçon, nous autres historiens du Maghreb, et quiconque voudra faire pour de bon l'histoire de la colonisation, nous resterons pour toujours redevables à Charles-André Julien. Certes, n'y a-t-il pas d'histoire absolument objective.

Peut-être n'y a-t-il, en effet, que des historiens. Mais alors il n'y a pas de véritable historien qui ne soit un homme de coeur. Charles-André Julien était un homme de coeur. C'est pourquoi, évoquant sa mort, j'ai eu d'abord envie de dire: quelle belle vie! Sa vie n'a pas été longue seulement; elle a été utile d justement remplie. Ayant atteint l'âge de la retraite au moment où le Maroc recouvrait son indépendance, mais encore plein d'énergie, il accepta la proposition que lui fit feu Mohammed V de veiller à la fondation de notre première Faculté des Lettres.

C'était une récompense et un acte de reconnaissance. Mais c'était aussi une charge délicate et une vraie mission. Charles-André Julien s'en acquitta à son honneur, et à sa manière habituelle faite de sobriété et d'efficacité.

Alors qu'importe que la nature ait fait son travail? Cet homme était "notre homme" et nous ne sommes pas près de l'oublier. Certes, l'inflation onomastique concernant l'appellation même de la bataille 1 signale un intérêt précoce des chroniqueurs qui a rejailli sur les études historiquesrécentes 2. Pourtant, ce serait 1 Les appellations les plus courantes sont :"Ia bataille de W[d al-makhlizin" du nom de la rivière au bord de laquelle les combats eurent lieu; "la bataille des Trois Rois", du fait que le Potugais Don Sebestian, k Sa'dr MUQammad al Mutawakkil, qui a demandé l'assistance portugaise et le Sa'dr 'Abd al.

Pour la documentation ottomane et aujourd'hui, pour la plupart des chercheurs turcs, aucun de ces noms n'est usité et la bataille porte un nom tout à fait particulier: celui de Wadiusseyt avec des variantes en Wadisseyl ou Wadissebil. Les efforts qu'on a fournis pour retrouver à la fois l'angine et la signification de cette particularité sont restés pour l'instant peu concluants.

Serait-ce le résultat de ce que l'oreille turque a perçu de la phonologie de "wad Rissana", un autre affluent du Loukkos comme le Wad al-makhàzin, et dont les abords ont été aussi le théâtre de combats? Est ce que les Turcs qui ont participé à la bataille étaient stationnés aux environs de cet affluent-là et auraient ainsi appelé la bataille suivant son nom? L'hypothèse d'un composé "Wadrissana" qui se serait métamorphosé en Wadiusseyl est alléchante, vue la trés grande proximité phonétique des deux composés.

Cependant, cela demeurera pure hypothèse aussi longtemps qu'on n'a pas retrouvé des textes ottomans anciens qui donnent une idée de l'émergence de cette appelation. Il reste que la cohérence de l'utilisation récurrente de cette appellation unique suppose une source commune que les sources ottomanes révéleront peut-être un jour.

Cette note vise essentiellement à présenter ce document et à le mettre en perspective avec ce qui semble acquis en la matière. Vne brève récapitulation sur les acteurs principaux à Wàd al Makhazin, côté Sa'di, précédera une description à la fois externe et interne du document en question et des éléments de nouveauté qu'il apporte au débat.

Mise En Ligne De Toute La Collection De Hespéris-Tamuda, (1921-2016)

V n essai d'interprétation suivra. On trouvera en appendice, la transcription arabe, dans la mesure du déchiffrement actuel du texte, accompagnée d'une copie de l'original en fac-similé.

La traduction française de ce texte sera donnée in fine. Il n'empêche que ce rôle reste clairement sous la responsabilité et la direction de 'Abd al-malik.

Après les joutes épistolaires entre le roi envahisseur et le sultan résistant dont les chroniques futures se montreront friandes, 'Abd al-malik est montré dans le champ de bataille, haranguant la foule des soldats, donnant des directives tactiques, participant même diredement au combat. Mais il a été malade depuis quelque temps3. Les études globales réservent nécessairement une section à cette bataille: Brignon, J. Histoire du Maroc, Casablanca, Julien, Ch. Ainsi le hajib continuait à donner les ordres au nom du sultan mort et au soir de la victoire, personne ne doutait qu'en fait c'était une victoire posthume.

Cet ouvrage qui est panni les premiers à utiliser la documentation ottomane dans le traitement de l'histoire du Maghreb a été récemment traduit en arabe sous le titre: al-atriik aluthmaniyun fi Ifriqiya al-shamiiliya, Beyrut, Colin, Rabat, Une version sensiblement semblable, avec des modifications de détail, est reproduite de chronique en chronique.

En plus des nombreux documents qui se rattachent au personnage de 'Abd al-malik et à son action à la veille et durant la journée de la bataille et qui sont inclus dans les Sources inédites de l'histoire du Maroc, Cf.

Première Série, Espagne, voi. Les Essais de Michel Montaigne, ed. Saulnier, Paris, , Livre II, ch. XXI: Montaigne écrivait dix ans seulement après la bataille dont il donne une description colorée qu'il a dû reprendre sur quelque relation de captif ou de soldat ayant participé à la bataille.

Voici par exemple comment il décrit la maladie d'abd al-malik et sa mort courageuse: "II se trouva faible pour soutenir la pompe cérémonieuse de l'entrée de son camp Mais ce fut aussi le seul office de Capitaine qu'il résigna; tous les autres, nécessaires et utiles, il les fit très laborieusement et exactement Cet effort acheva d'accabler le peu de vie qui lui restait.

On le recoucha. Lui, se ressuscitant comme en sursaut de cette pamoison, toute autre faculté lui défaillant, pour avertir qu'on tût sa mort, qui était le plus nécessaire commandement qu'il eut lors à faire, pour n'engendrer quelque désespoir aux siens par cette nouvelle, expira, tenant le doigt contre sa bouche close, signe ordinaire de faire le silence Extrême degré de traiter courageusement la mort.

La première qui s'écarte sensiblement de ce tronc commun est celle des sources ottomanes résumées par Aûz Samih liter qui a écrit une Histoire des Turcs en Afrique du Nord dans les années trente de ce siécle, se fondant à la fois sur la littérature historiographique française de l'époque et sur les fonds d'archives ottomans qu'il avait à sa disposition à Istanbul 5. Est-ce que cette ve:sion doit quelque chose au document que nous présentons plus bas? Rien ne permet de l'inférer puisque liter ne fait pas mention expresse de ce document.

Cependant, on peut valablement supposer que liter a pu utiliser l'une des nombreuses chroniques ottomanes de cette période, laquelle aurait eu connaissance sinon du document en question, proprement dit, du moins de son contenu. A travers un style ampoulé et une rhétorique redondante, l'historiographe montre son souverain maître de l'action réelle dans la lutte qui a opposé les deux oncles, leur neveu et ses alliés ibériques sur deux ans.

Ilter, 1: ' 6 al-fishtali: 7 Terme qui veut dire aussi, bien sor, lieutenance de Dieu ou du Prophète, et qui fait allusion donc à la charge suprême du califat.

La deuxième moitié de la lettre est presque un texte codé puisque le scribe a décidé d'omettre tous les Roints diacritiques et de réduire la silhouette des caractères au strict minimum D. Est-ce une pure coïncidence? II ne me semble pas que ce soit le cas. II est remarquable que la lisibilité de la lettre croit en sens inverse du degré de secret requis par l'information qu'elle porte l1.

Les lettres officielles, aussi bien marocaines qu'ottomanes, se ressemblent quant à leur structure épistolaire.

Après les prières et les apologies d'introduction, le corps de la lettre se répartit, généralement, en deux parties majeures.

La première résume la ou les lettres reçues; la seconde porte la réponse, avec l'information ou les ordres nécessaires. Dans le cas présent, la première partie de la lettre de Murad III, relativement lisible, reprend les élèments de la lettre d'al-mansür. Plus important encore pour notre propos est le rôle qu'al-mansür semble s'être donné dans sa lettre.

Basbakanlik, Catalogues des MD, Rodrigez, D.

Lorsque la confrontation est devenue inéluctable, Al;unad et 'Abd al-mâlik se sont portés ensemble contre les ennemis. Toutefois, 'Abd al Malik, submergé par les ennemis, a dû rebrousser chemin. C'était donc à Al ,mad de leur faire face et de les défaire. Ahmad a dû voir l'avenir de son pouvoir dans le cadre d'une relation étroite avec Istanbul à l'image de celle qu'entretenait 'Abd al-màlik.

La réponse de Murad III montre un certain inconfort à l'égard de la victoire sa'dïe. A deux reprises, la lettre du sultan insiste sur la puissance d'istanbul, sii!

Adaptation et résilience des sociétés. Si continua navegando, consideramos que acepta su uso. Pensée écologique, universalisme et développement humain. B uscar R evistas T esis C o ngresos.

Présentation de Hespéris-Tamuda aux assises des sciences humaines. Utilizamos cookies propias y de terceros para mejorar nuestros servicios y elaborar información estadística. Sections de cette Page. Voir plus de contenu de Hespéris-Tamuda sur Facebook.